Un peu d’histoire sur les tresses

Si aujourd’hui toute la planète mode se pâme devant les tresses, Le Blog MC Genève a eu envie de retracer, de façon très modeste, les origines de cette coiffure. D’hier à aujourd’hui, focus tresses.

Christine Margossian

Il est souvent dit que c’est à la préhistoire que l’on découvre les premiers éléments visibles de tresses. Notamment grâce à la Dame de Brassempouy, la Vénus de Willendorf, statues datant de 22000 ans avant Jésus Christ. On trouve aussi des tresses dans les premières civilisations africaines, dont les hommes autant que les femmes, en arboraient différents types parmi lesquelles les tresses plaquées.

Parmi les différents peuples africains il existe plusieurs façons de tresser. Chacune communique un fait particulier : l'âge, la condition sociale, un mariage, un enterrement…

Du côté de l'Ancienne Égypte l’icône tressée n’est autre que Cléopâtre qui aimait se parer de nattes avec des bijoux, des fils d'or. (Le hair piercing d’aujourd’hui !). A l’époque plus les coiffures étaient élaborées plus votre rang social l’était aussi, communiquant ainsi votre richesse matérielle. 

Côté théologique les poils de barbe tressés signifiaient que les hommes qui les portaient étaient proches des Dieux. À l'inverse, les enfants avaient coutume de se raser la tête.

A l’époque de l’Empire Romain les femmes avaient pour habitude de boucler l'avant de leur chevelure, puis de tresser en couronne ou en macaron le reste.

Pour Les Amérindiennes certaines portaient deux tresses, une de chaque côté de la raie centrale. Elles pouvaient être signe de célibat ou bien étaient réservées aux hommes alors que les femmes portaient les cheveux courts.

Autre continent autre mœurs pour la Chine où les tresses ont eu une grande importance pour les hommes. Ils portaient alors la moitié du crâne rasé et l'autre tressée en une très longue et fine natte. Ceux qui ne se coiffaient pas ainsi pouvaient être considérés comme rebelles … et être exécutés !

Mais si aujourd'hui la tresse est un incontournable de nos histoires capillaires c’est surtout dû à l’appropriation de cette coiffure, dans sa version africaine, par l’actrice Bo Derek dans le film de Blake Edwards : Elle. Il en résulte que dans les années 80  on va jusqu’à parler d'un cataclysme capillaire !

Alors It Braids, hair piercing et autre ne datent pas d’aujourd’hui, parfois il est bon de le rappeler !

Autres photos

Créé le Vendredi 18 août 2017